Communiqué de presse

Interdiction de l’huile de palme pour les biocarburants: la Commission européenne n’est pas à la hauteur de l’enjeu

La Commission européenne présente aujourd’hui au Parlement Européen son projet de règlement visant à réduire l’utilisation en Europe de biocarburants issus de matières premières destinées à l’alimentation humaine et animale. Ces biocarburants, issus par exemple de l’huile de palme ou du soja, présentent un risque élevé d’induire des changements indirects dans l’affectation des sols et d’ainsi réduire les puits de carbone. Le règlement sur les biocarburants est devenu nécessaire grâce à la nouvelle directive européenne sur les énergies renouvelables adoptée en 2018, qui prévoit un gel des biocarburants issus de ces matières premières à leur niveau de 2019 puis une réduction progressive à partir de 2023, jusqu’à une interdiction totale en 2030.

La députée européenne du parti des Verts/ALE Tilly Metz déplore le texte présenté par la Commission européenne :

« La proposition de la Commission européenne est très insuffisante. Seule bonne nouvelle, la Commission reconnaît les conséquences néfastes de la production d’huile de palme sur l’environnement, la biodiversité et notamment la déforestation massive que nous observons dans les pays producteurs comme la Malaisie et l’Indonésie. Mais elle ne va pas au bout de son raisonnement en autorisant toujours d’importantes quantités d’huile de palme à pénétrer sur le marché européen des biocarburants via des exemptions massives pour les petites exploitations. Elle néglige également de s’attaquer à la question du soja dont la culture provoque des dégradations environnementales d’une ampleur gigantesque, en Amérique latine notamment.

Le biodiesel issu de l’huile de palme et du soja présente un bilan écologique catastrophique et un bilan humain terrible lié à la confiscation des terres dans les pays en développement. En tant qu’Union Européenne, nous devons totalement les interdire dans la composition de nos biocarburants.

La bataille n’est pas perdue; nous pouvons encore pousser la Commission européenne à améliorer le texte qu’elle propose ! Une consultation publique d’un mois s’ouvre désormais pour pousser la Commission à revoir sa copie. Une mobilisation massive des citoyens pourra permettre de faire prévaloir la lutte contre le changement climatique, la protection de la forêt tropicale et les droits des peuples indigènes contre les intérêts économiques des exploitants de soja et d’huile de palme ».

Site de la consultation publique de la Commission Européenne :

https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/initiatives/ares-2019-762855_fr

Prochaines étapes : suite à la clôture de la consultation publique le 8 mars 2019, la Commission devra présenter une proposition révisée de règlement au Parlement Européen. Celui-ci disposera alors d’une période de deux mois pour s’opposer à son adoption.

All d'Aktualitéit

IWWERT MECH

Tilly Metz »

Kontakt

Meng Ekipp